Développé par une race ancienne et éteinte, les Atanik, cette technologie confère une force, une vitesse et des capacités mentales accrues au porteur du bracelet. Il ne fonctionne pas sur les Tok’ra, les Goa’uld ou les Jaffa, à cause de leur symbiote, mais les humains bénéficient des améliorations étonnantes apportées par le dispositif.

Fonctionnement

Une fois le bracelet en place, le dispositif injecte un virus dans le système sanguin du porteur. Le losange vert central s'allume après quelques heures pour indiquer qu'il a atteint sa capacité maximum. Une fois actif, il ne peut pas être retiré. Les aptitudes dues au virus sont, entre autre, une incroyable rapidité de mouvement et de pensée, et une force surhumaine. Mais l'organisme humain réagit mal quand le virus libéré dans la circulation atteint son potentiel maximum. Les organes commencent à se détériorer, puis un anticorps est produit pour combattre le virus. Quand il agit, neutralisant le virus, le bracelet cesse de fonctionner et se détache tout seul.